Tour Trinity
© Laurent Zylberman

Tour Trinity

Cro&Co Architecture en tant que Architectes.

La tour Trinity, située dans le quartier des affaires de Paris La Défense, est une tour de 32 étages construite ex nihilo sur une dalle de béton coulée au-dessus d’une sept voies, une première en France. Prouesse majeure du génie civil, la dalle est fertile, offrant 3 500 m² d’espace public paysager et reliant les quartiers précédemment déconnectés du CNIT et Coupole-Regnault : une solution concrète pour améliorer la qualité de vie des usagers à l’échelle urbaine.

De plus, Trinity est la première tour de La Défense à développer un noyau décentré avec un « coeur de vie » qui déporte les ascenseurs en façade. En rupture avec le format traditionnel des immeubles de bureaux, Trinity est une tour vivante et ouverte, conçue pour faciliter l’interaction avec son environnement, les échanges entre collaborateurs, et promeut une nouvelle façon de travailler, à travers ses espaces mutualisés, ses 43 terrasses et balcons végétalisés, son rooftop et ses 4 000 m² de services.

 

UN PROJET CONTEXTUEL
Dans un environnement aussi dense et contraint que celui du quartier de La Défense, qui abrite 16 des 20 plus hauts immeubles de France mais où très peu de surface est encore disponible pour de nouvelles constructions, le premier défi a été d’inventer le foncier sur lequel la tour serait construite. Le suivant a été d’intégrer le projet au paysage hétérogène existant, composé de plusieurs icônes architecturales (le CNIT et la Tour Areva), et de bâtiments plus petits comme l’Eglise Notre-Dame de la Pentecôte et des immeubles résidentiels. C’est l’ensemble de ces caractéristiques et de ces contraintes qui a façonné la volumétrie de Trinity. Véritablement contextuelle, la tour a ainsi été sculptée pour se glisser dans ce site urbain dense, de manière à garder une certaine distance de la Tour Areva, tout en conservant des vues et des perspectives pour ses voisins, notamment entre la Tour Total, la Coupole et le CNIT. De plus, des échanges continus avec le quartier via des réunions de concertation publique tout au long du développement, ont permis au projet de mûrir et de répondre aux attentes des habitants.

 

LA GENÈSE DU PROJET
Suite à une précédente collaboration sur la rénovation du CNIT à La Défense, Unibail Rodamco Westfield a confié à Cro&Co Architecture l’étude de ce projet insolite au-dessus des routes. Une relation basée sur la confiance et l’échange a permis la création d’un projet d’exception, alliant la capacité du client à porter des projets ambitieux à la créativité des architectes. Le duo a rapidement enrôlé l’expertise d’un ingénieur pour exploiter pleinement ce site extrêmement complexe. L’aménageur Paris La Défense et l’Etat ont ensuite rejoint le projet, animés par la volonté commune d’apporter une contribution majeure au quartier.

Conçue comme un projet urbain global, Trinity porte en elle trois grands thèmes : un immeuble de grande hauteur, des liaisons urbaines majeures et une réutilisation du territoire.

 

LIAISONS URBAINES MAJEURES
Prouesse de génie civil, la dalle de béton construite au-dessus de l’autoroute apporte de réelles solutions pour créer des connexions urbaines et améliorer la qualité de vie de ses usagers. Elle relie les quartiers précédemment déconnectés du CNIT et de Coupole-Regnault, à travers de larges escaliers végétalisés et des ascenseurs panoramiques publics qui relient les différents niveaux de sol, et facilitent l’accès au plus grand hub de transport de La Défense.

Cette dalle fertile, qui offre 3 500 m² d’espace public paysager, a non seulement contribué à transformer l’ancien centre d’affaires mono-fonctionnel de La Défense en un quartier maillé de la ville, mais a également permis de métamorphoser l’ancien paysage de bord de route encombré et bruyant, en un environnement agréable, un havre de fraîcheur propice à la déambulation, qui profite autant aux usagers de la tour qu’aux habitants du quartier.

 

RÉUTILISATION DU TERRITOIRE
En intervenant sur ce site atypique, le projet réutilise et revalorise un territoire existant. Il se greffe sur un sol déjà imperméabilisé par les voies de circulation existantes, lui évitant donc de consommer une nouvelle surface vierge. En ce sens, la démarche s’apparente à celle d’une restructuration. De plus, la construction d’une tour, en particulier sur ce site, est un facteur de densification urbaine et donc par là-même un premier geste de durabilité.

 

UN NOYAU OUVERT ET DÉCENTRÉ
Trinity est une tour vivante, une tour à vivre, conçue pour être en interaction avec son environnement. Son noyau décentré introduit une nouvelle écriture architecturale à La Défense. Habituellement clos, le noyau est ici ouvert, devenant l’un des éléments identitaires du projet. L’activité des occupants se révèle en façade, accompagnée d’un ensemble d’éléments dynamiques favorisant l’interaction entre l’intérieur et l’extérieur (mouvement des ascenseurs panoramiques, jardins et salles de réunion suspendus, façades cinétiques, fenêtres pantographes ouvrables). De l’intérieur, les grandes ouvertures offrent une vue exceptionnelle sur La Défense, et un accès à un espace extérieur pour les usagers est garanti à chaque étage.

 

CONVIVIALITÉ ET SÉRENDIPITÉ : UNE ARCHITECTURE DE LA RENCONTRE
Conçue comme un lieu d’échange, Trinity casse les codes de la tour de bureaux, aux espaces standardisés et mono-fonctionnels, et favorise la sérendipité, la flexibilité et la mutualisation. Elle permet aux utilisateurs de s’approprier pleinement les espaces grâce à leur réversibilité et leur utilisation multiple. A l’intérieur de la tour, ce sont 45 000 m² d’espace de travail flexible, 4 000 m² de services et 1 500 m² de terrasses et loggias qui accueillent près de 4 500 salariés.

Dans le hall, une zone importante de circulation quotidienne, une attention particulière a été portée à la conception du mobilier, dessiné par l’architecte et fabriqué par un charpentier naval français. Trois ensembles en aluminium tout en courbes, sculptés sur mesure, de 43 mètres de long, structurent le hall et offrent une multitude d’espaces de rencontre (accueil, coins salons, espace d’attente, cafés et bars, etc.). Les terrasses végétalisées et les zones de réflexion collectives sont situées à proximité des ascenseurs pour devenir des points de rencontre improvisés qui peuvent servir plusieurs étages. À ces circulations horizontales communes (CHC) revisitées s’ajoutent une série d’autres espaces informels : la tour compte au total 8 terrasses agrémentées d’arbres en pleine terre, 12 loggias végétalisées et 23 balcons, soit 1 500 m² d’espaces extérieurs. Au sommet de la tour, six étages fusionnent en trois duplex dont les niveaux sont reliés par des escaliers de convivialité, le 25ème étage comporte un Business center doté d’une terrasse panoramique, avec un choix assumé de placer les espaces partagés dans les niveaux supérieurs de la tour offrant ainsi une vue à l’ensemble des usagers. A cela s’ajoutent de nombreux services (conciergerie, wellness center, offre de restauration diversifiée, local à vélos).

 

CERTIFICATIONS
Bénéficiant de normes environnementales élevées, Trinity a obtenu la double certification HQE Exceptionnel et BREEAM Excellent. Elle est la première tour de bureaux en France à réaliser un sans-faute sur la certification HQE avec la totalité des 14 cibles atteintes au niveau Très Performant.

 

RÉDUCTIONS D’ÉNERGIE ET DE CARBONE
Au-delà des certifications, le projet répond à des notions de bon sens. Des technologies de pointe sont utilisées, notamment des centrales de traitement d’air décentralisées à chaque étage, des réservoirs de rétention, des façades en verre bioclimatiques qui réduisent radicalement la consommation d’énergie. Sur chaque plateau, des compteurs mesurent les ressources nécessaires et modulent les consommations d’énergie grâce à des capteurs de présence, de température, de luminosité et de CO2. Trinity récupère également l’énergie produite par les mouvements d’ascenseurs et celle générée par ses centrales d’air.

La structure du plancher en acier utilise un matériau recyclable et léger, réduisant ainsi la charge sur les fondations. En s’invitant dans une faille urbaine à usage de voiries, Trinity se place dans la catégorie des restructurations d’un site déjà imperméabilisé. La conception commune de l’infrastructure et de la superstructure du bâtiment a été un atout pour l’ensemble du projet, car elle a permis une optimisation significative : une réduction de 50% du béton utilisé pour la construction du tunnel et de 7% pour la tour. Ces économies équivalent à une réduction des émissions de CO2 (100 kg d’équivalent CO2 par m²) et à un gain de trois étages de surface de bureaux pour le propriétaire.

 

VÉGÉTALISATION
Une pierre française locale a été utilisée pour le sol du domaine public, et 50 arbres non allergènes (diverses espèces favorisant la biodiversité avec un sol perméable collectant l’eau de pluie) contribuent à la réduction du vent pour le confort des piétons. De nombreux arbres ont également été plantés sur les terrasses de la tour.

De nombreuses solutions techniques spécifiques ont été développées en réponse aux contraintes du site. La conception commune de l’infrastructure (couverture des voies) et de la superstructure du bâtiment, généralement construites séparément, ont très vite identifié les grands principes du projet, et le système de fondation mis en place a déterminé les éléments structurant de la tour, sa hauteur et son poids. De là, la charpente a été conçue de manière à maintenir la route en service : elle est supportée par des voiles longilignes en béton positionnés entre les voies de circulation et appuyés sur 850 micropieux pour adhérer à une surface de fondation très limitée. Le système structurel composite de la tour a été conçu pour en minimiser le poids tout en dégageant une hauteur libre maximale. Le noyau et les poteaux sont en béton armé tandis que les plateaux sont constitués de poutres en acier crénelé traversées par les gaines qui portent les planchers en acier ondulé rempli de béton.

Les façades de Trinity ont elles aussi, tout comme sa volumétrie, été façonnées par le contexte. La tour présente des typologies de façade spécifiques, adaptées à leur orientation, et qui répondent au double enjeu d’être à la fois bioclimatiques et architecturales. Les façades Nord et Est, composées d’une simple peau, forment un angle plus particulièrement marqué par une succession de terrasses, et par une grande fenêtre urbaine à mi-hauteur qui souligne le Skylobby. La façade Sud est constituée d’une double peau pour protéger des apports solaires qui y sont plus importants. Grâce à une couche « bright », un reflet continu sur toute la hauteur met en valeur l’élancement de la tour en gommant les pas d’étage.

La façade Ouest est sans doute la plus caractéristique de Trinity. Ses lames de verres sérigraphiés en dégradé, au léger effet de voilage, unifient les volumes de part et d’autre de la verticalité du noyau ouvert, et estompent depuis le parvis la lecture horizontale des planchers. Ces lames jouent de plus un rôle environnemental, grâce à leur inclinaison qui, agissant comme un masque, vise à écrêter les pics d’apport solaire. Sur le plan architectural, les lames contribuent à renforcer l’interaction de l’immeuble avec son environnement puisqu’elles rendent la façade cinétique, perçue du point de vue piéton lors de son déplacement le long du Parvis.

La notion d’interaction se retrouve aussi grâce aux ouvrants, présents sur chaque bloc de façade. Cet élément pantographique vertical dont l’ouverture laisse filtrer l’air et le murmure de la ville, permet à l’usager d’être en contact avec l’extérieur. Positionné en proue, le hall bénéficie d’une triple orientation. Par sa grande hauteur et ses grands profils en PRS, ce volume de plus de 8 m de haut génère une qualité d’espace baigné de lumière naturelle ou règne la transparence. Son traitement en verre « ultra clear », commun au reste des façades, lui confère un rôle d’oasis urbaine.

Read story in English

Crédits de projet
Elevators
Quantity surveying
Sustainability
Façades
Fiche technique du produit

Featured Projects
Latest Products
News