Louis de Vion school group in Montévrain

Louis de Vion school group in Montévrain

Architecte
Vincent Parreira Atelier Architecture AAVP
Lieu
31 avenue de la Société des Nations, 77144 Montévrain, France | View Map
Année du projet
2016
Catégorie
Écoles primaires
Luc Boegly
Fiche technique du produit

ÉlémentMarqueProduct Name
Wood cladding, RoofingARBONIS
Masonry, Metal panels, RoofingCari Thouraud
Moisture barrier, Insulated plastic glazingCibetanche
Lighting - interior, downlights, tasklightingGegelec
Precast concreteJousselin
Metal doors, wood doors, sliding doorsLa Fraternelle

Fiche technique du produit
Wood cladding, Roofing
by ARBONIS
Masonry, Metal panels, Roofing
Moisture barrier, Insulated plastic glazing
Lighting - interior, downlights, tasklighting
by Gegelec
Precast concrete
Metal doors, wood doors, sliding doors

Groupe scolaire Louis de Vion à Montévrain

Vincent Parreira Atelier Architecture AAVP en tant que Architectes.

Conception d'une nouvelle école élémentaire en France Groupe scolaire Louis de Vion à Montévrain, près de Paris Une fois franchi le seuil de ce groupe scolaire près de Paris livré par l'architecte Vincent Parreira, l'enfant entre dans un monde hors normes, qui évoque les maisons troglodytes, l'architecture vernaculaire... ou l'évasion d'un élève.


Dans les métropoles du XXIe siècle, alors que l'urbanisation n'a cessé de s'étendre, certaines zones sont restées des territoires vierges. Le site choisi pour la construction de l'école était un tel cas. À l'époque du concours, il s'agissait d'un terrain vague bordé de vastes exploitations agricoles, la fameuse caricature qui semblait appartenir au passé, les "champs de betteraves" qui ont vu naître les villes nouvelles et les projets d'habitation pendant les décennies du boom de l'après-guerre.


Dans un contexte aux contours flous, le bâtiment prend place, organisé pour former une petite ville miniature, un hameau scolaire. Il s'étend le long d'une petite rue piétonne étroite, formant un front bâti continu, mais fragmenté en plusieurs volumes et donnant accès aux différentes parties du programme : école primaire, centre de loisirs, loge du gardien.

La partie école primaire du bâtiment est dotée de transparences, organisant des vues vers la cour et la ville. Un parking est également prévu au programme, habilement intégré à l'ensemble. Un carrefour et un espace paysager assurent la transition douce entre la cour de récréation et le parking. Contrairement à cette partie ouverte, l'école maternelle s'organise autour d'un patio présentant un univers stable, volontairement fermé sur lui-même, oubliant la ville qui l'entoure. Le centre d'activités et la cantine forment un grand pivot transversal entre ces deux âges scolaires.


Jouant sur le contraste entre les grandes surfaces de béton blanc et lisse et le bois gris texturé disposé en losanges en relief, le style architectural de Louis de Vion en a déconcerté certains, tout comme les rares ouvertures sur l'extérieur, souvent limitées à des moucharabiehs percés dans les murs de béton où ce même motif de losanges est employé.


Les halls d'entrée des deux écoles, identifiés par leurs plafonds voûtés, ne ressemblent pas aux halls d'entrée solennels habituels des temples de l'éducation. En fait, ils ressemblent davantage à des maisons troglodytes et à une architecture vernaculaire - en un mot, à un ailleurs - évoquant la possibilité d'une île grecque ou d'un voyage de vacances scolaires.


Le brut est l'état préféré des murs dans le bâtiment, dans les salles de classe, les murs bruts, créent un sentiment de proximité avec la matière qui est tempéré par le patio, un microcosme à l'intérieur du monde plus vaste de l'école, ou celui de la ville, qui peut être perçu à travers les ouvertures en forme de diamant.


Filtrés par les moucharabiehs, encadrés par les auvents en bois, colorés par les grands puits de lumière des salles à manger, perçant la fracture qui soutient la passerelle reliant l'école primaire au centre d'activités, les jeux de lumière atteignent les coins les plus reculés de l'institution.


Les " émergences " techniques se cachent dans les volumes habillés de bois ; le même bardage en bois pré-patiné employé sur tous les éléments en bois. Dans la mesure du possible, une partie du volume des émergences a été réaffectée aux étudiants, comme c'est le cas pour les dortoirs par exemple, ou le doublement de la hauteur sous plafond, leur proposant ainsi de nouvelles expériences spatiales.


Une fois le seuil franchi, l'enfant sort de son cocon familial pour entrer dans un ailleurs. Il pénètre dans un monde hors normes, tacheté de reflets, bruissant d'échos, un monde de bizarreries, de mélanges inattendus et d'effondrements surprenants d'espaces, de l'imaginaire de la métropole sauvage et stimulante qui les entoure. L'objectif est de développer la curiosité des enfants à travers l'architecture, et une première rencontre avec les mystères du monde extérieur.

Read story in EnglishDeutschItalianoPortuguês and Español

Featured Projects
Latest Products
News