K5Tokyo

K5Tokyo

Architecte
Claesson Koivisto Rune
Lieu
Tokyo, Japan | View Map
Année du projet
2020
Catégorie
Bars

Hôtels

Restaurants
Yikin Hyo

K5Tokyo

Claesson Koivisto Rune en tant que Architectes.

Introduction

Le K5 Tokyo, qui se situe dans un bâtiment bancaire des années 1920 converti, se trouve à côté de la Bourse de Tokyo et relie le quartier traditionnel du Palais impérial au Tokyo oriental branché.
 
Le mot japonais ""Aimai"" guide la conception du K5 Tokyo. Il signifie vague, obscur ou ambigu, ce qui en japonais est souvent utilisé dans un sens positif et poétique. (Le terme dénote les avantages de l'effacement des frontières.) Les fonctions du K5 Tokyo s'entremêlent intentionnellement : La bibliothèque est le bar, tandis que le coffeeshop fait office de salon, qui se transforme en bar à vin et en restaurant.
 
Le manque cruel de verdure du quartier Nihonbashi-Kabutochone de Tokyo a inspiré la création d'une ""oasis verte"" au K5 Tokyo. Une multitude de plantes en pot se sont répandues, à la mode des aïmires, dans tous les intérieurs. L'hôtel dispose d'un jardinier, mais pas de jardin traditionnel.
 
Plus qu'un hôtel, le K5 Tokyo se présente comme un micro-complexe de restaurants, de bars, de lieux de rencontre créatifs et de design suédois minimaliste et patrimonial japonais.
 
La palette se constitue de matériaux traditionnels tels que le béton, le bois de cèdre et le stuc japonais. Elle est complétée par une large gamme de meubles et d'accessoires, conçus sur mesure par les architectes.
 
Les chambres sont dotées d'un ""cylindre"" central en tissu translucide qui s'élève jusqu'au haut plafond. Il enveloppe un lit indépendant avec une étagère et un bureau intégrés. D'autres meubles sont placés comme des ""satellites"" tandis que les murs sont laissés libres.
 
Le K5 Tokyo présente 20 chambres aux dimensions généreuses (la plupart font environ 40 m2 et la suite ""Loft"" 78 m2) ; la célèbre cuisine fusion nordique et japonaise au Cavemanrestaurant ; la brasserie Brooklyn ; Ao, un bar à cocktails et à thé avec une philosophie de mélange de la médecine chinoise qui se traduit par des cocktails naturels ; du café brassé à la main au Switch Coffeeshop ; et une abondance de verdure par le spécialiste Yardworksplant. Il s'agit d'un microcosme créatif de la ville, conçu par ceux qui n'ont pas peur de briser les barrières. Les esprits indépendants sont les bienvenus. 
La description des architectes :


Contexte
Grâce à une amitié mutuelle de longue date avec le légendaire entrepreneur en conception de Tokyo Teruo Kurosaki, nous (Claesson Koivisto Rune Architects) avons été contactés par Akihiro Matsui (Mediasurf Communications Co.), Takahiro Homa (Backpackers' Japan Co.) et Yuta Oka (Insitu Japan Co.) pour présenter un concept pour le nouveau K5 Tokyo à NihonbashiKabutocho, Tokyo. Les trois sociétés ont créé conjointement Ferment Co. pour gérer le projet K5 Tokyo.
 
Ferment a présenté un dossier. Décrivant, de façon plutôt spirituelle, non pas les fonctions de l'hôtel mais son caractère, l'hôtel aurait-il été un homme :
 
Il n'est pas célèbre.
Il est à la retraite, 60-65 ans
Il n'est pas fantaisiste mais porte un costume trois pièces
Il est très calme, généreux et social
Il est toujours souriant
Il a travaillé dans le secteur financier
Il voyageait beaucoup
Il est sophistiqué et aime les vrais matériaux
Il aime écouter du jazz et du funk en vinyle
Il va nager une fois par semaine
Il va nager une fois par an à l'étranger
Son rêve est de traverser l'océan Atlantique seul à bord d'un yacht
 
De ce briefing à l'inauguration - en passant par la conception, la planification et la construction - seulement 14 mois se sont écoulés. Il faut dire que dans tout projet de cette ampleur, ce délai est court. Pourtant, le résultat est un ensemble cohérent (et parfois délibérément disparate), qui n'épargne aucun détail. Cela n'aurait pas été possible avec notre seul dévouement d'architectes, mais surtout avec l'attitude de ""tout ce qui est possible"" de toutes les personnes impliquées - direction, exploitants de restaurants et de bars, fournisseurs, constructeurs et maîtres artisans.
 
Merci également à l'architecte local Kotaro Anzai (ADX Co.).
 
Le bâtiment
Érigé à l'origine en 1923 sous le nom de Dai-ichi Bank Building, la structure a survécu à l'incendie de Tokyo en 1945, dû à sa construction en béton. Avant la transformation de l'hôtel, le bâtiment vide appartenant à la Heiwa Real Estate Co. portait l'étiquette ""Kashiwacho No. 5 Peace Building"" dans son portefeuille - d'où le nom de l'hôtel. Le K5 Tokyo comprend quatre étages plus un sous-sol de 400 m2 chacun.
 
L'architecture est de style néoclassique occidental avec des détails et des proportions japonaises, sa géométrie étant rationnelle, symétrique et claire. De grandes cloisons vitrées donnent sur le bâtiment de la Bourse (côté entrée, au sud) et sur ce qui était autrefois une rivière mais qui est maintenant un pont à trois niveaux (côté arrière, au nord).
 
Le rez-de-chaussée était dédié aux fonctions sociales : entrée/réception, bar/bibliothèque, café/bar à vin/boutique de fleurs, restaurant. Les étages supérieurs sont occupés par les chambres d'hôtes et le sous-sol abrite une brasserie.
 
Quelques caractéristiques originales de l'intérieur ont été conservées dans la mesure du possible, principalement du béton apparent et un beau parquet qui a été restauré.
 
Rez-de-chaussée
Par l'entrée principale, vous êtes attendus par une ""boîte"" en bois ouverte où le personnel vous accueille et peut vous diriger directement à votre gauche - vers le salon/café/bar à vin/restaurant qui se trouve en succession intégrée. Ou à droite - la bibliothèque / le bar à cocktails. Ou tout droit - vers l'escalier/ascenseur pour les chambres d'hôtes. Au-dessus de la boîte de réception plane une grande lampe en papier faite sur mesure, en forme de nid de guêpes.
 
Le parquet d'origine en bois dur couvre la majeure partie du rez-de-chaussée, tandis que dans les entrées, un sol en carreaux de ciment sur mesure est posé (fabriqué par Marrakech Design). Le motif en bleu et gris avec des coulis de couleur terre cuite fait écho au motif du parquet. Les murs et les plafonds sont en stuc gris-ciment neutre. Dans le restaurant, des bandes textiles vertes parallèles sont suspendues au-dessus de votre tête comme un auvent de forêt pour ""adoucir"" l'ambiance.
 
Sans fioritures, des étagères indépendantes en acier galvanisé divisent subtilement les fonctions de la pièce principale et servent d'unités d'exposition et de stockage. Dans le salon, les bagages sont rangés côte à côte avec des sacs de grains de café ou de fleurs, des pots et des plantes - car c'est aussi le Switch Coffee shop ; c'est aussi le Yardworks flower shop. De même, les cintres du restaurant Caveman (by Kabi) partagent l'espace d'étagère avec les bouteilles de vin - car c'est aussi un bar à vin.
 
Les comptoirs de bar sont orientés et placés le long du côté nord pour servir de tampon aux passages supérieurs derrière les fenêtres. Les fenêtres ont reçu une couche intérieure de verre structuré vert / bleu clair / clair / rose. On a l'impression de passer de l'intérieur à l'extérieur (bien que tout soit en fait à l'intérieur), comme dans un café au bord de la Méditerranée.
 
Le bar à cocktail Ao partage l'espace avec la salle de la bibliothèque. Sous cette forme, il a l'ambiance d'un ""talk-easy"" caché. Tout l'espace ici - plafond, murs, moquette, étagères et meubles - est d'un rouge foncé monochrome. Les seules exceptions sont les lampes de la bibliothèque (vert traditionnel) et les livres japonais (beige traditionnel).
 
Sous-sol
Depuis une deuxième entrée de rue jumelle - appelée ""entrée B"" - une cage d'escalier vous mène directement à la salle de brassage de la brasserie de Brooklyn, située au sous-sol. Cette fonction était en principe un projet séparé du reste de l'hôtel. Toutefois, elle fait partie du complexe et constitue une expérience intégrée (par les cages d'escalier, on peut également y accéder depuis l'intérieur de l'hôtel). Mais il pourrait, par sa propre ouverture, gérer ses propres horaires d'ouverture. Il a été coordonné de manière à ce que Claesson Koivisto Rune soit l'architecte de la brasserie de Brooklyn et de Ferment Co. Il s'agit de la première salle de brassage de la Brooklyn Brewery basée à New York en dehors des États-Unis.
 
Comme dans le restaurant à l'étage, le bar se situe ici aussi le long du mur nord. Il est formé d'une seule longueur de 19 mètres de bois massif collé, dont le grain final est ascendant, comme celui du bloc de boucher traditionnel. A son extrémité se trouve un DJspot dédié.
 
Derrière le bar, toutes les fonctions sont en acier inoxydable. Les autres murs sont revêtus de planches de bois gris. Le sol est en béton de construction d'origine, exposé. Le plafond est également nu.
 
Le long du mur sud se situe un canapé très long, continu, conçu sur mesure (un jumeau du bar) et rembourré de cuir rouge sang de boeuf. Sur le mur arrière (et sur d'autres murs) se trouve un support à chevilles inspiré du Shaker sur lequel on peut accrocher des vestes ou les tabourets en bois à trois pieds conçus sur mesure. (Deux des pieds sont reliés à une barre de repose-pieds qui pend au-dessus des chevilles lorsqu'elles sont retournées).
 
L'ambiance est une fusion entre la Scandinavie (matériaux et couleurs), le Japon (emplacement et détails discrets), l'Allemagne (concept de brasserie et traitement rustique) et les États-Unis (marque et décontraction). 


Corridors
Les passages supérieurs parallèles à l'arrière de l'hôtel nous ont fait choisir d'éviter les chambres donnant sur ce côté et de placer les couloirs ici. Les étages des chambres sont accessibles depuis l'entrée et par un ascenseur revêtu de cuivre et une cage d'escalier gris cimenté. Les carreaux de ciment du sol de la réception se poursuivent dans les couloirs dans les mêmes couleurs bleu et gris (carreaux) et terre cuite (coulis), mais avec un motif qui change (par la pose) le long de la promenade. Le couloir est segmenté par des portails de couleur terre cuite et chaque ""compartiment"" a reçu son propre motif. Le principe est alors que ce motif particulier de carreaux de sol se prolonge dans l'entrée (et la salle de bains) de la chambre d'hôtes correspondante, de sorte que la section particulière du couloir puisse être perçue comme une partie de la chambre ; comme un couloir semi-privé. Suivant une tradition d'""espace intermédiaire"". Dans les maisons japonaises, il n'y a pas de démarcation claire entre l'intérieur et l'extérieur. L'espace intermédiaire se compose, au lieu de dispositifs de protection (les vitres colorées), d'une véranda (le couloir divisé en sections) et d'une entrée formelle (le hall d'entrée de la pièce).
 
La porte de la chambre d'amis du côté du couloir est en bois de cèdre. (Les portes d'entrée sont cuivrées.) Le mur de la fenêtre opposée a reçu une couche intérieure de vitres structurées bleues/jaune/transparentes, placées dans des balustrades en bois de cèdre. En dessous, de longs bancs sur mesure (en ""terrazzo"" composite) servent de ""sièges de fenêtre"" pour les plantes en pot.
 
Chambres d'hôtes
La caractéristique la plus marquante de la chambre d'amis est le ""cylindre"" central en tissu translucide qui s'élève jusqu'au plafond. Il dissimule le lit et une structure en bois de cèdre foncé pleine hauteur conçue sur mesure qui sert de tête de lit et d'étagère avec un bureau intégré (à l'arrière). Sur le bureau se trouve un tourne-disque en vinyle. Au-dessus du lit est suspendue une lampe en papier extra-large, conçue sur mesure. Le lit indépendant laisse les murs libres et s'ouvre pour une circulation spatiale de la pièce. Lorsqu'il est complètement fermé, si on le souhaite, le rideau crée une ""oasis"" cachée pour dormir.
 
Les meubles sont placés comme des ""satellites"" sur le rideau central circulaire (teint à la main dans un dégradé incliné du blanc au bleu indigo japonais). Deux sièges conçus sur mesure forment un contraste entre eux - comme le masculin et le féminin, le yin et le yang, ou le ""takete"" et le ""maluma"" (termes de la psychologie de l'association des formes). Takete"" est un ""love-seat"" rouge vif et arrondi, un petit canapé pour deux. Et ""Maluma"" est un fauteuil noir, très anguleux (mais confortable). Dans chaque chambre se trouvent également deux grandes plantes en pot indépendantes, disposées par le jardinier de l'hôtel. Les grandes chambres sont équipées d'un tapis sur mesure (fabriqué par Kasthall) selon le concept japonais du ""Tatami"", qui consiste à coudre ensemble des tapis de plus grande taille.
 
Le couloir et le mur de la salle de bains sont entièrement recouverts de bois de cèdre. Le sol est carrelé selon le motif du couloir. Les murs de la salle de bains sont recouverts de carreaux blancs et le plafond est en bois de cèdre. À l'entrée, vous faites face au miroir rond de la salle de bains. La ""lampe"" est intégrée ; elle est au centre du disque du miroir et sa lumière peut être changée de blanc neutre à rouge vif. (Comme le soleil sur le drapeau japonais.) Une autre caractéristique de la salle de bains est le lavabo en céramique noire, conçu sur mesure, qui repose sur un banc bas en acier inoxydable, mur à mur.
 
Chaque chambre possède une œuvre d'art originale unique de Claesson Koivisto Rune, intitulée ""Faciem"", qui provient d'une exposition d'art organisée à l'origine dans la légendaire galerie 360° de Tokyo en 2017..

Read story in EnglishDeutschItaliano and Português

Crédits de projet
Fiche technique du produit

ÉlémentMarque
‘Tatami’ carpet in suitesKasthall
Cement floor tilesMarrakech Design
Fiche technique du produit
‘Tatami’ carpet in suites
Cement floor tiles
Featured Projects
Latest Products
News