Baie-de-Valois Nautical Centre

Baie-de-Valois Nautical Centre

Architecte
ADHOC Architects

Prisme Architecture
Lieu
Pointe-Claire, QC, Canada | View Map
Année du projet
2021
Catégorie
Parcs/jardins

Promenades

Pavillons
Raphaël Thibodeau

Le Centre nautique de la Baie-de-Valois à Pointe-Claire : un pôle d'activités pour se réapproprier les berges de l'île de Montréal

ADHOC Architects en tant que Architectes.

Reconquérir les berges de l’Île de Montréal avec un projet public qui intègre des principes bioclimatiques

Les parcs ont connu un achalandage exceptionnel depuis 2020. Nombreux sont les citoyens qui demandent à leurs municipalités de nouveaux investissements dans les parcs, afin d’en faire des lieux à la fois rassembleurs et inclusifs. Pour les municipalités établies sur l’île de Montréal, les nouveaux équipements publics permettent de reconquérir les berges en offrant des espaces adaptés aux besoins des communautés d’utilisateurs. Grâce à des bâtiments intégrant les nouvelles technologies vertes, ces nouveaux projets permettent aussi aux municipalités de lutter contre les changements climatiques.

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

Se réapproprier les berges de l’île de Montréal avec des projets publics.

Complété à l'été 2021, le Centre nautique de la Baie-de-Valois est une réalisation du consortium formé de PRISME et ADHOC Architectes. Suite à une consultation de ses citoyens et des utilisateurs des berges, la Ville de Pointe-Claire souhaitait revitaliser le parc utilisé par une communauté de 4 000 citoyens chaque année.

Implantées aux abords du lac Saint-Louis dans le parc de la Grande-Anse, les nouvelles installations remplaçant l’ancien chalet vétuste servent entre autres à bonifier les activités nautiques offertes aux citoyens. 

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

L’aménagement du site et du bâtiment favorise l’accessibilité à une clientèle diversifiée de tous âges. Une nouvelle salle communautaire d’une capacité de 100 personnes permet la tenue d’événements. 

Inspiré de la stratification géologique, le projet se décompose en différentes couches évoquant le paysage environnant. La toiture angulée rappelle la canopée des arbres, le revêtement de bois est un clin d’œil au rythme des troncs d’arbre dans un boisé tandis que le socle du bâtiment évoque la volumétrie d’une rive rocailleuse. Le geste de la toiture se transpose à l’intérieur du bâtiment, créant ainsi une ambiance immersive dévoilant avec poésie des vues imprenables sur le lac Saint-Louis. 

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

Une seconde terrasse en retrait permet d’apprécier le paysage en toutes saisons, sous laquelle est érigé un rangement permettant de dégager la vue sur le lac Saint-Louis.

Le sous-sol, aménagé de bureaux, d’espaces de rangement et des vestiaires avec casiers, est disponible pour les plaisanciers, les groupes de camps de jour ainsi que pour ceux qui pratiquent le canoë et le kayak ou font la location d’une embarcation.

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

Universellement accessibles, le bâtiment, les deux terrasses, l’espace de stationnement et le sentier menant aux quais ont été aménagés pour permettre à toutes et à tous de profiter pleinement des nouvelles installations.

Plusieurs principes bioclimatiques ont été intégrés dans la conception du pavillon communautaire du parc de la Grande-Anse.

La géométrie de la toiture, concept fort du projet, joue un rôle de premier plan pour réduire l’utilisation d’énergie. En effet, l’articulation de la toiture a été réfléchie de manière à optimiser les gains solaires passifs. En saison estivale, les rayons solaires sont occultés par le débord prononcé de la toiture du côté sud-ouest du bâtiment afin de limiter les gains de chaleur à l’intérieur du bâtiment. En saison hivernale, l’angle du rayonnement solaire étant moins prononcé, le soleil peut pénétrer directement dans les espaces et ainsi contribuer à un apport de chaleur passif. 

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

Un grand lanterneau ouvrant permet une ventilation naturelle des espaces en plus d’offrir un accès à la lumière naturelle diffuse dans la salle communautaire. L’utilisation d’une membrane de toiture blanche sur l’ensemble de la toiture limite réfléchit la lumière afin de limiter les gains thermiques dans le bâtiment.

Une partie des eaux pluviales en toiture est redirigée de façon stratégique sur le site dans des zones de filtrations prévues dans l’aménagement paysager. 

Du bois de frêne récupéré dans le cadre de la lutte contre l’agrile du frêne a été utilisé pour les travaux de finition intérieure ainsi que pour les soffites. En plus de contribuer de façon esthétique au projet, cette revalorisation de ce matériau contribue également au captage et à la séquestration de carbone.

photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau
photo_credit Raphaël Thibodeau
Raphaël Thibodeau

L'équipe:

Architecte(s) et/ou designer(s) : PRISME et ADHOC Architectes

Architecte-paysagiste : Dubuc Architectes paysagistes

Ingénieur en structure : DWB Consultants 

Ingénieur électromécanique : DWB Consultants

Ingénieur civil : Équipe Laurence

Entrepreneur général : Groupe Piché

Crédit photo : Raphaël Thibodeau

Read story in English

Featured Projects
Latest Products
News